Valkyrie

valkyrie -

Valkyrie

Dans la mythologie nordique, une valkyrie (prononcée "val-ker-ee" ; Vieux nordique valkyrja, pluriel valkyrjur, "celui qui choisit les morts") est un esprit féminin aidant le dieu Odin.

Valkyrie mythologie

L'image moderne des valkyries en tant qu'élégantes et nobles demoiselles portant des héros morts pour le Valhalla est en grande partie exacte, mais cette représentation est très sélective et oublie quelques aspects... Les dernières sources de l'Ancien Norrois, se concentrent sur les relations amoureuses qu'ont les valkyries avec les hommes humains et l'aide qu'elles procurent à Odin pour transporter ceux qui ont été tués au combat au Valhalla. Les Valkyries furent plus romantiques, vierges aux cheveux d'or, qui servaient la viande et les boissons des héros dans les salles du Valhalla. Le fait de servir de la viande aux habitants du Valhalla n'était pas considéré comme une tâche ingrate, bien au contraire. Dans la culture nordique, les reines servaient personnellement des invités particulièrement vénérés en signe de respect.

valkyrie

D'après ce que nous pouvons dire aujourd'hui, les valkyries ont toujours eu de telles caractéristiques, mais à l'époque païenne, elles étaient beaucoup plus...

Les Valkyries étaient à l'origine des esprits sinistres qui volaient au-dessus du champ de bataille à la recherche des morts, décidant du sort des morts pour Odin. Le mot "Valkyrie" signifie "celui qui choisit les morts", et une fois choisis, les guerriers étaient transportés par les Valkyries sur Bifrost, le pont arc-en-ciel, et ensuite sur le Valhalla.

Le sens de leur nom, " choix des victimes ", ne se réfère pas seulement à leur choix de ceux qui seront admis dans au Valhalla, mais aussi à leur choix de ceux qui mourront au combat et à l'utilisation de la magie malveillante pour faire en sorte que leurs préférences à cet égard se réalisent. Les exemples de valkyries qui décident qui vit et qui meurt abondent dans les Eddas et les sagas.

Le côté horrible des valkyries est illustré de façon très vivante dans le Darraðarljóð, un poème se trouvant dans la Saga de Njal. Ici, douze valkyries sont vues avant la bataille de Clontarf, assises devant un métier à tisser et tissant le destin tragique des guerriers (une activité qui rappelle beaucoup les Norns). Ils utilisent des intestins pour leur fil, des têtes coupées pour les poids, des épées et des flèches pour les batteurs, tout en chantant leurs intentions avec un plaisir inquiétant. La Saga des Volsungs compare une valkyrie à "regarder dans une flamme".

valkyrie

Il est à noter que le terme "Valkyrie" est parfois utilisé pour désigner des femmes mortelles, souvent reines ou princesses. Parfois, le terme désigne aussi les prêtresses des différentes tribus, ce qui est particulièrement fréquent dans l'histoire écrite.

Cette image est confirmée lorsque nous nous tournons vers les traditions des autres peuples germaniques. Chez les anglo-saxons, par exemple, les valkyries étaient des esprits féminins de carnage Les Celtes, avec lesquels les Nordiques et autres peuples germaniques ont eu des échanges culturels fructueux pendant plusieurs siècles, avaient des êtres semblables, tels que les déesses Badb et Morrígan.

Déesse guerrière

Les Valkyries deviennent des mentors pour les guerriers

Une autre fonction des Valkyries était de diriger les guerriers dans leur entraînement au combat et de les guérir ou de les réanimer après une journée d'entraînement. Dans ce rôle, les Valkyries s'impliqueraient intimement avec leurs stagiaires mortels. Parfois, les Valkyries transmettaient une sagesse et une connaissance profondes aux humains, comme le fait la Valkyrie Sigrdrifa dans le poème Sigrdrifumal. Bien que Sigrdrifa ne tombe pas amoureuse de l'homme qu'elle entraîne, elle se préoccupe de son attitude au combat et de la conduite à adopter sur le champ de bataille, ce qui l'éloigne du stéréotype de Valkyrie, qui était simplement destiné à faire sortir les héros du champ de bataille.

En plus de l'entraînement, les Valkyries offraient une protection à certains guerriers préférés, soit en les protégeant directement au combat, soit en les avertissant en personne ou dans un rêve. Un de ces rêves est arrivé à un homme mortel dans lequel il a vu une Valkyrie remplacer ses organes internes avec de la paille, le rendant invulnérable dans la bataille à venir. Par le biais des rêves, les Valkyries pouvaient aussi prédire les batailles et parfois la mort imminente. On dit que lorsque les aurores boréales apparaissent dans le ciel, c'est à cause de la réflexion des Valkyries qui battent leurs épées contre leur bouclier.

Dans certains cas, en plus d'entraîner et de protéger des guerriers choisis, les Valkyries prenaient l'homme pour amant. Elle enseignait à son élève les voies d'Odin, lui communiquant sa sagesse et son inspiration, et quand son heure était enfin venue, elle le tuait et le ramenait chez lui dans le Valhalla.

Une valkyrie viking

Brynhildr, la Valkyrie qui était la Belle au bois dormant originale

Cette relation entre Valkyrie et les mortels peut être vue dans la saga Volsung avec le conte de Brynhildr et Sigurd.

Dans ce conte allemand et islandais, Brynhildr était une princesse forte et belle qui a été trompée par son amant. Brynhildr, dans la plupart des adaptations, était une Valkyrie, mais parce qu'elle désobéissait à Odin, elle fut punie. Odin l'a fait tomber dans un sommeil éternel entouré d'un mur de feu. Le héros, Sigurd, traversa les flammes et réveilla la jeune fille avec un baiser. Ils tombèrent instantanément amoureux et se fiancèrent, mais Sigurd la quitta pour continuer ses voyages héroïques.

Plus tard dans ses voyages, Brynhildr reçu une potion qui renfermait un élixir l'obligeant à tomber amoureuse de Gunnard-Gunther. C'était un complot de Gunnard, ce dernier voulait Brynhildr pour lui-seul. Elle fut donc contrainte d'épouser Gunnar-Gunther. Se sentant trahie par Sigurd, elle ordonna son assassinat, et dans la version nordique elle se suicide, pleine de remords, sur le bûcher funéraire du héros, qu'elle rejoint ensuite dans l'Au-delà.

Dans les langues germaniques, la Belle au bois dormant s'appelle "Rose épineuse" nom qui évoque plus la vierge (rose) guerrière (armée d'une grosse épine : sa lance) qu'une endormie...


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés