Présentation et caractéristiques des boucliers vikings

juin 14, 2021 4 min de lecture

Présentation et caractéristiques des boucliers vikings

Tels de fidèles compagnons, les boucliers Vikings étaient la principale arme dont se servaient les guerriers scandinaves pendant les attaques qu’ils livraient à leurs voisins européens.

Mais la fabrication de ces armes circulaires fait partie d’une tradition conservée. Même si aucun document issu des peuples nordiques ne décrit avec exactitude les caractéristiques des boucliers vikings, les recherches ont permis de révéler beaucoup d’éléments sur eux.

Le panneau

Minces sur les bords, les boucliers vikings avaient en moyenne 60 mm d’épaisseur. Ils avaient une forme ronde et un diamètre moyen compris entre 80 et 90 cm. Puisqu’il aurait été difficile de trouver des arbres de ce diamètre pour fabriquer autant de boucliers, c’était des planches de petites largeurs ajustées qui étaient utilisées.

@leslie.joursdorage

C’était une couche de planches composées d’environ sept ou huit planches de pin blanc. Les planches étaient posées côte à côte et collées ensemble. La résistance de l’ensemble était renforcée par les attaches de la poignée, celle de l’umbo et celle du cerclage de cuir.

Certaines fouilles ont révélé que de petites brides de fer ou de feuilles de bronze étaient parfois régulièrement ajoutées au-dessus du cuir de cerclage pour créer un effet de continuité sur les bords, surtout en cas de dommages subis par un bord.

Un revêtement de cuir

Les boucliers vikings médiévaux étaient entourés de cuir de veau sur les bords et recouverts de peau d’agneau ou de veau aussi bien sur la face avant que sur la face arrière. La planche de bois est donc prise en sandwich entre les pièces de cuir.

Afin qu’ils soient capables de résister à l’impact impitoyable des lances, des épées et celui des haches des ennemis, ils étaient recouverts de cuir en guise de renforcement. Bien que cela paraisse évident, ce n’est que récemment que les fouilles archéologiques ont permis de tomber sur quatre boucliers médiévaux provenant du Nord de l’Europe.

Ils étaient de l’époque allant de 500 à 580 avant notre ère. Ces découvertes ont en effet permis d’établir que les boucliers Vikings étaient recouverts de protections destinées à les rendre plus résistants.

Un revêtement traité pour résister au temps

S’il est vrai que les boucliers étaient revêtus de protections en cuir, le cuir utilisé, était-il brut, tanné, ou s’il s’agissait de peaux non traitées. Grâce à des analyses de microfibres extraites des bordures en cuir, des tanins ont été découverts dans le cuir. Des recherches plus poussées ont révélé qu’en plus de la peau de génisse et de veau, la peau d’agneau était aussi utilisée.

Bien que son utilisation dans la fabrication des boucliers fût interdite par une loi anglaise d’environ 930 compte tenu de sa faible résistance relative, la peau d’agneau était quand même utilisée par certains fabricants parce que c’était le plus accessible. Ils avaient des agneaux dans leurs fermes. Pour parer à sa faiblesse relative, ils traitaient la matière avec des tanins pour augmenter sa résistance et sa longévité.

@gagadzillartclay

La décoration

Certains des boucliers découverts pendant les fouilles archéologiques, notamment ceux retrouvés sur le navire de Gokstad (Norvège, 905 après Jésus-Christ) n’étaient pas seulement revêtus de cuir. Ils étaient aussi peints.

Rappelez-vous qu’au début de cet article, nous avions dit que l’épaisseur de ces armes était généralement comprise de 60 mm. Vous avez sans doute été surpris de réaliser que ces armes n’étaient pas aussi robustes que dans votre imaginaire. Disons que les chercheurs ont eu la même réflexion.

Pour confirmer s’il s’agissait vraiment de boucliers utilisés au combat ou s’il ne s’agissait que d’objets décoratifs, des recherches ont été effectuées. Les résultats ont prouvé que ces boucliers vikings étaient fonctionnels pour le combat. Leur revêtement était souvent peint en jaune, en noir ou en rouge.

Des trous centraux

En leur centre, les boucliers Vikings étaient dotés de trous circulaires par lesquels on passait et attachaient les ficelles du cuir pour fixer la protection de cuir. Il faut croire que les peaux de cuir n’étaient pas suffisamment larges. Pour couvrir entièrement leurs armes, les guerriers devaient donc  attacher deux morceaux de cuir entre eux.

La poignée ou la prise

Les poignées des boucliers vikings étaient longues et pouvaient mesurer le diamètre du bouclier. Vers leurs deux extrémités, elles étaient effilées. Leur terminaison peut être en spatule, de sorte que leurs extrémités sont directement clouées au panneau.

@terredecuir

Les umbos et les rivets

Les trous circulaires situés au centre des boucliers viking médiévaux étaient recouverts par un umbo en acier ayant la forme d’un hémisphère d’environ 15 cm de diamètre. Les umbos étaient habituellement maintenus par des rivets de fer à tête grosse, matée ou aplatie des deux côtés.

Il faut noter que les umbos pouvaient présenter deux principales formes. Les uns étaient dotés d’un cou prononcé et d’un dôme plutôt élevé tandis que les autres modèles avaient un bas voûté et dépourvu de cou.

D’autres modèles d’umbos existaient aussi, mais ils étaient peu communs. Il s’agit du modèle de posture accroupie, du modèle conique parfois équipé d’un bouton apical, du modèle à rebords dentelés, à angle, raffinés, etc.

Il faut aussi noter que plusieurs autres garnitures en métal sont retrouvées sur les boucliers retrouvés lors des fouilles. On a retrouvé dans les tombes fouillées, des anneaux situés sur la face arrière du bouclier et tenus par des œillets traversant les panneaux et dans certains cas, la poignée. Ces anneaux servaient certainement d’accroche ou de point d’attache.

Aujourd’hui, ces découvertes ont rendu possible la reproduction de modèles complètement authentiques de boucliers vikings.


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.

Rejoins le clan